• Accueil
  • > Archives pour février 2007

Archive pour février 2007

Ministre i candidat / Ministre et candidat

Mercredi 28 février 2007

(version français ci-dessous) 

A les meves precedents cròniques he parlat de Ségolène Royal i d’en Georges Frêche. Alguns observadors podrien pensar que sóc de dretes i que critiqui aquestes personalitats representant d’un partit d’esquerres. Avui doncs el meu desacord irà cap al Senyor Sarkozy, aquest home té un actualment una responsabilitat important la del ministeri de l’interior. Podem suposar que de la manera que porta la seva campanya electoral s’hi dedica plenament i a 100 % i fins i tot 200 %. Tanmateix continua ocupant el càrrec de ministre, però les funcions és evident que no, aqueixes s’ en encarreguen els seus col·laboradors i mentrestant paguem una persona que es dedica a una altre activitat. Cap de nosaltres podria portar una campanya electoral municipal o cantonal i fer-ho sense demanar vacances o en cas de ser treballador independent deixar durant aquest període la seva feina. Al nivell el més alt de l’estat, es a dir quan es tracta de persones que no tenen cap problema econòmic és possible, i poques veus s’aixequen en contra. Si el ministre de l’interior pot dedicar-se a una altre missió de la qual perquè el paguem vol dir que no necessitem ministre ! És mitja broma, però és una qüestió de honestedat, en el cas de la cartera que ocupa és encara més ambigu quan és els seus serveis que organitzen i controlen les eleccions. Què costaria al Sr. Sarkozy fer aquest gest tan senzill que aclariria la situació. Dins la mateixa línia he sentit aquest 20 de febrer que els diputats i senadors arrossegaven els peus per anar al Congrés per debatre i votar modificacions a la Constitució…

Quina vergonya ! Paguem aquesta gent, els hi confiem el nostre futur i no honoren la confiança que dipositem en ells (o elles però no son tan nombroses). Ser diputat o senador és una funció aquesta és tradueix en una feina, el cor d’aquesta feina és legislar i això no es pot fer altrament que en participar a les sessions de les cambres. “La França l’estimes o la deixes” diu Sarkozy, si l’estimeu, respecteu les institucions que la componen i els ciutadans. L’absència dels elegits al les cambres legislatives és una manca de respecte a la República que diuen tan estimar. Tinc la temptació de dir « El ministeri o el parlament el respectes o el deixes »…

ebalaguer@mesvilaweb.cat

Dans mes précédentes chroniques j’ai parlé de Ségolène Royal et de Georges Frêche. Certains observateurs pourraient penser que je suis de droite et que je critique ces personnalités représentant un parti de gauche. Aujourd’hui mon désaccord ira donc vers Monsieur Sarkozy, cet homme a à l’heure actuelle une responsabilité importante : celle du ministère de l’intérieur. Nous pouvons supposer que de la manière dont il mène sa campagne électorale il s’y consacre pleinement et à 100% et même à 200 % .Toutefois il continue à occuper le poste de ministre, quand aux fonctions il est évident que non, celles-ci sont en charge de ses collaborateurs entre-temps nous payons une personne qui se consacre à une autre activité que celle pour laquelle il est rémunéré. Aucun d’entre nous pourrait mener une campagne électorale municipale ou cantonale et le faire sans demander des vacances ou en cas d’être travailleur indépendant quitter pendant cette période son travail. Au niveau le plus haut de l’état, c’est à dire lorsqu’il s’agit de surcroît de personnes qui n’ont pas aucun problème économique c’est possible, et peu voix s’élèvent contre. Si le ministre de l’intérieur peut se consacrer à une autre mission que celle pour laquelle nous le payons ça  veut dire que nous n’avons pas besoin de ministre ! Certes c’est une plaisanterie, mais c’est une question d’honnêteté. Dans le cas du portefeuille qu’il occupe c’ est encore plus ambigu quand ce sont ses services qui organisent et contrôlent les élections. Qu’en coûterait-il à M. Sarkozy de faire ce geste si simple qui éclaircirait la situation : quitter le ministère. Dans la même ligne j’ai entendu ce 20 février que les députés et sénateurs traînaient les pieds pour aller au Congrès pour débattre et voter des modifications de la Constitution…
Quelle honte ! Nous payons ces gens, nous leur confions notre avenir et ils n’honorent pas la confiance que nous déposons en eux (ou elles mais elle ne sont pas si nombreuses). Être député ou sénateur est une fonction celle-ci se traduit par un travail, le cœur de ce travail est de légiférer et ceci ne peut pas être fait autrement qu’en participant aux séances des assemblées. « La France tu l’aimes ou tu la quitte » dit Sarkozy, si vous l’aimez, respectez les institutions qui la composent et les citoyens. L’absence des élus aux chambres législatives est un manque de respect à la République . J’ai la tentation de dire « Le ministère, ou le parlement, tu l’aimes ou tu le quitte »

Georges Frêche encore Président / Georges Frêche encara President

Jeudi 22 février 2007

(Versió en català a continuació) 

Georges Frêche, a été condamné à 15000 € d’amende pour ses déclarations sur les harquis… Le tribunal vient de requérir 5000 € pour des propos diffamatoires envers la police… Quel bel exemple : Il reste quand même à la présidence de la région Languedoc-Roussillon. Bien qu’il fasse appel, le maintien de cette personne à la tête d’une institution d’une telle importance est un discrédit pour la politique.  Imaginons n’importe lequel d’entre nous condamné à des faits similaires, il aurait bien peu de chance d’être le président d’une modeste association locale, il (ou elle) ne pourrait se présenter à l’élection municipale de la  plus petite commune sans avoir contre lui (ou elle) une grande partie de l’électorat. Mais non, notre système fait des responsables politiques d’importants princes intouchables alors qu’ils devraient être des exemples. Ceux-ci bénéficient d’une sorte de franchise qui leur y permet d’offenser des hommes,  des femmes, des collectifs ou des peuples… Avant les harquis le fut  le cas des Catalans, un collectif qui peut être attaqué facilement parce qu’il n’existe aucune entité qui puisse être considérée juridiquement comme affectée par la phrase : « Les catalans qui sont contre la Septimanie sont des imbéciles ». Ensuite les déclarations sur le nombre de joueurs de couleur de peau noire de l’équipe de France de football ont provoqué son exclusion du parti socialiste… Parce qu’on peut offenser les catalans, les harquis mais pas l’équipe de la France de football, ah ça  non ! Monsieur Frêche, constate la proportion anormale de joueurs noirs à l’équipe de la France. Quelle ingratitude quand celle-ci est en grande partie conséquence d’un passé colonialiste, ( la plupart des athlètes sont originaires des territoires et départements d’outremer ou de l’Afrique francophone), mais surtout au talent des bleus qui sont au garde à vous au son de la Marseillaise comme l’ont fait leurs ancêtres défendant le drapeau tricolore pendant les guerres du XXe siècle. Il ne fait pas non plus aucune  déclarations pour la sous représentation des gens de couleur à la télévision. Ni non plus pour  la discrimination, dont on ne parle jamais, vis-à-vis des personnes avec des accents différents d’une certaine norme. Les accents des régions de la France sont même absents des programmes locaux.
Nous pouvons tous imaginer la réaction que les hommes et femmes politiques de son parti auraient si les mêmes paroles étaient prononcés par des personnes de droite ou d’ extrême droite… Je ne comprends pas le soutien des élus  qui maintiennent encore Monsieur Georges Frêche à la présidence de la région. Il me semble incohérent avec l’idée qui je me fais des valeurs de gauche.
 

Georges Frêche, ha estat condemnat a 15000 € de multa per les seves declaracions sobre els harquis... El fiscal acaba també demanar 5000 € de multa per paraules difamatòries en realció a la policia. Quin bonic exemple ! Tanmateix es queda a la presidència de la regió Llenguadoc-Rosselló. Tot i que farà apel·lació, el manteniment d’aquesta persona al cap d’una institució d’una tal importància és un descrèdit per la política. Imaginem qualsevol de nosaltres condemnat per fets similars, tindria poca oportunitat de ser el president d’una modesta associació local, no es podria presentar a l’elecció municipal del més petit vilatge sense tenir contra ell (o ella) una gran part de l’electorat. Però no, el nostre sistema fa dels càrrecs polític importants prínceps intocables quan haurien de ser exemples. Aquests beneficien d’una mena de franquícia que els hi permet ofendre homes, dones, col·lectius o pobles. Abans dels harquis fou el cas amb els catalans, un col·lectiu que es pot atacar fàcilment perquè no existeix de moment cap entitat que pugui jurídicament ésser considerada com afectada per la frase: “Les catalans qui sont contre la Septimanie sont des imbéciles”. Desprès les declaracions sobre el nombre de jugadors de color de pell negre a l’equip de França de futbol han provocat la seva exclusió del partit socialista… Perquè es pot ofendre els catalans, els harquis però l’equip de França de futbol això no ! El Senyor Frêche, constata la proporció anormal de jugadors negres a l’equip de França. Quina ingratitud quan aquesta és en gran part conseqüència d’un passat colonialista, la majoria dels atletes són originaris dels territoris i departaments d’ultramar o de l’Àfrica francòfona, però sobretot al talent dels blaus que es quadren al so de la Marsellesa com ho van fer els seus abans passats defensant la bandera tricolor durant les guerres del segle XX. Tampoc no fa cap declaracions per que la sota representació de la gent de color a la televisió ni tampoc per la discriminació, de la qual no es parla mai, de cara a les persones amb accents diferents d’una certa norma. Els accents de les regions de França són fins i tot absents als programes locals.

Podem tots imaginar la reacció que els homes i dones polítics del seu partit tindrien si les mateixes paraules fossin pronunciades per persones de dretes o d’ultra dretes… No entenc el suport dels elegits que mantenen encara el Senyor Georges Frêche a la presidència de la regió. No em sembla coherent amb l’idea que em faig dels valors d’esquerra.

L’Estrella Ferroviària Catalana / L’Etoile Ferroviaire Catalane

Jeudi 8 février 2007

(Version française ci-dessous) 

Estrella Ferroviària Catalana és el nom que els elegits responsables dels transports han donat al projecte de futur de la infraestructura ferroviàries de la Catalunya Nord. Però les bones paraules en els discursos no amaguen la realitat. Com usuari quotidià del línia Vilafranca de Conflent-Perpinyà malgrat unes millores recents estem lluny però molt lluny del servei bàsic que els usuaris/clients han d’exigir. És a dir : trens que surten i arriben a l’hora, que els viatgers siguin informats i que gaudeixin d’un confort digne del transport públic del segle XXI. De moment estem lluny del compte i les paraules lloables dels responsables fan somriure. El tren és un servei públic i per tan ha d’arribar en les mateixes condicions a la màxima part de la població als llocs on tècnicament pot arribar. Trobo poc encertada la declaració d’un elegit socialista: “no us podeu comparar a les línies de gran freqüentació”. Les línies dites secundàries ho han de ser només en l’aspecte de les freqüències ; la qualitat del servei ha de ser la mateixa a tot arreu, és la missió del conjunt del servei públic. A Catalunya Nord el tren és una solució de futur de la qual poca gent tenen consciència. Quan estic obligat de baixar a Perpinyà per la carretera em quedo al·lucinat: 9 sobre 10 de les votures transporten només una persona ! Això significa: embussos, emissió de CO2, problemes d’aparcament, riscos d’accidents i a més despeses importants pels viatgers, el tren costa 70 % menys que l’automòbil. L’ Estrella Ferroviària Catalana és un projecte que comportaria la creació de les línies Perpinyà/Ceret i Perpinyà/Sant Pau de Fenollet i millores a les línies del vall de Tet i de la Costa Vermella. Així doncs faria possible la connexió entre les tres valls del territori i la franja littoral. Però aquesta infraestructura hauria de ser completada per la conversió a l’ample de via europeu de la línia Portbou/Figueres que permetria desprès una connexió fàcil amb Girona i Barcelona. Car el TGV no solucionarà tot, no serà probablement assequible a totes les economies. Els que estan treballant sobre les qüestions transfrontereres s’haurien de plantejar la qüestió que implica la recuperació per la Generalitat del tram concernit. La comunicació de les comarques del nord amb l’Empordà i per extensió a totes les terres catalanes és ara imprescindible per llur desenvelupament natural sense la distorsió de la frontera dels estats.Si no volem ser ofegats, tan al sentit propi com al figurat, pel regne de l ‘automòbil hem d’apostar pels transports públics i particularment pel tren per seus avantatges ecològics i econòmics. 

Visca el tren, que brilli l’estrella ferroviària catalana !

Étoile Ferroviaire Catalane est le nom que les élus responsables des transports ont donné au projet d’avenir de l’infrastructure ferroviaires de la Catalunya Nord.
Mais les bonnes paroles des discours ne cachent pas la réalité. Comme utilisateur quotidien du ligne Vilafranca de Conflent-Perpinyà malgré des améliorations récentes nous sommes loin, très loin du service basique que les utilisateurs/clients doivent exiger. C’est-à-dire : trains qui partent et arrivent à l’heure, que les voyageurs soient informés et qu’ils jouissent d’un confort digne du transport public du XXIe siècle. Pour le moment nous sommes loin du compte et les paroles louables des responsables font sourire. Le train est un service public et par conséquent il doit arriver dans les mêmes conditions à la majeure partie de la population aux lieux où techniquement il peut arriver. Je trouve peu adaptée la déclaration d’un élu socialiste:  »vous ne pouvez pas vous comparer aux lignes de grande fréquentation ». Les lignes dites secondaires doivent l’être seulement dans l’aspect des fréquences mais la qualité du service, elle, doit être la même partout, c’est la mission de l’ensemble du service public. En Catalunya Nord le train est une solution d’avenir dont peu de personnes ont conscience. Quand je suis obligé de descendre à Perpignan par la route je suis halluciné : 9 voitures sur 10 transportent seulement une personne ! Ceci signifie des embouteillages, des émissions de CO2, des problèmes de stationnement, des risques d’accidents et en plus des dépenses importantes pour les voyageurs : le train coûte 70% moins cher que l’automobile.
L’Étoile Ferroviaire Catalane est un projet qui entraînerait la création des lignes Perpinyà/Ceret et Perpinyà/Sant Pau de Fenollet et des améliorations aux lignes de la vallée de Têt et de la Côte Vermeille. Ainsi ont rendrait possible la connexion entre les trois vallées principales du territoire et la bande littorale. Mais cette infrastructure devrait être complétée par la transformation à la largeur de voie Européenne de la ligne Portbou/Figueres qui permettrait ensuite une connexion facile avec Girona et Barcelona. Car le TGV ne résoudra pas tout, il ne sera pas probablement a portée à toutes les économies. Ceux qui travaillent sur les questions transfrontalières devraient considérer la question qui implique la récupération pour la Generalitat du tronçon concerné. La communication entre les « comarques » du nord et l’Empourdan et par extension le reste des terres catalanes est indispensable pour leur développement naturel sans la distorsion de la frontière des états.
Si nous ne voulons pas être étouffés, au sens propre comme au figuré, par le royaume de l ‘automobile nous devons parier pour le transports publics et particulièrement pour le train pour ses avantages écologiques et économiques.


Vive le train, que l’étoile ferroviaire catalane brille !